Peinture chauffante : tout ce que vous devez savoir

peintures chauffantes

Les peintures chauffantes et isolantes censées aider à réguler la température intérieure de votre maison sont-elles aussi efficaces qu’on le prétend ? Découvrez la vérité sur la peinture chauffante ici !

Et si vous pouviez simplement passer une couche de peinture sur vos murs et augmenter la propriété d’isolation thermique (valeur R) de votre maison ? Et si un pot de peinture pouvait relooker une pièce avec un budget limité et contribuer à maintenir une température intérieure fraîche ? C’est ce que les fabricants de peinture chauffante et isolante affirment dans la présentation de leurs produits. La possibilité de réduire votre empreinte énergétique (et vos factures de chauffage et de climatisation) d’un simple coup de pinceau est une perspective fascinante, mais l’efficacité réelle de la peinture isolante n’est pas encore établie. Lisez la suite pour savoir comment la peinture chauffante s’est développée, comment elle est censée fonctionner et si elle vaut la peine d’être essayée pour votre prochain projet.

Qu’est-ce que la peinture chauffante ?

L’idée d’une peinture permettant de réduire le transfert de chaleur est née à la NASA dans l’espoir de protéger la navette spatiale de la chaleur extrême générée par la rentrée dans l’atmosphère. Les scientifiques de la NASA ont mis au point un additif contenant de minuscules sphères de verre appelées « microsphères », des particules d’époxy et des produits chimiques résistant à la chaleur. Le mélange a été pulvérisé sur la navette en même temps qu’elle était peinte pour former un revêtement protecteur.

Par la suite, la NASA s’est associée à une société pour développer, à partir de la technologie d’isolation originale, un additif de peinture en poudre isolant, qui contient des sphères de céramique microscopiques censées former une « barrière thermique radiante » lorsqu’elles sont mélangées à de la peinture d’intérieur ou d’extérieur ordinaire.

Depuis, d’autres fabricants ont commencé à produire leurs propres marques de peinture chauffante contenant des microsphères de céramique ou de verre, soit comme additif, soit comme produit de peinture prémélangé, tous deux commercialisés auprès des propriétaires pour un usage intérieur ou extérieur. Les fabricants font la publicité de la peinture isolante comme étant capable de réduire le transfert des températures chaudes et froides.

Est-ce que ça marche ?

Si la peinture chauffante et isolante est censée fonctionner grâce aux microsphères qui forment un lien fin et résistant à la chaleur, elle repose sur une science relativement nouvelle et, à ce jour, il n’existe pas de tests indépendants à grande échelle. Il y a eu une poignée de petits tests, dont un mené par le Cold Climate Housing Research Center, qui a conclu que dans les climats froids, la peinture isolante testée ne serait pas « efficace pour réduire les coûts énergétiques des maisons résidentielles ». Le centre des énergies solaire de Floride a mené des tests sur des peintures standard et isolantes et a conclu que la peinture isolante ne présentait « aucun avantage significatif par rapport aux peintures ordinaires ».

Pour l’instant, aucune valeur R n’a été déterminée pour la peinture isolante.

Par contre, une publication à but non lucratif, en collaboration avec l’université d’État de Washington, a indiqué que ce type de peinture réduisait le gain de chaleur d' »environ 20 % lorsqu’elle est entièrement exposée au soleil ». Cela signifie que la peinture pourrait vraisemblablement produire un avantage énergétique si elle était peinte sur le côté extérieur d’une maison faisant face au soleil d’été. Le rapport indique également que lorsqu’elle est peinte sur des murs intérieurs « les réductions des pertes et des gains de chaleur sont négligeables.

Lorsque l’objectif est de réduire la quantité de transfert de chaleur produite par le soleil, pratiquement n’importe quelle peinture blanche ou de couleur claire sera plus performante qu’une peinture sombre sur les murs extérieurs de la maison, car les peintures de couleur claire réfléchissent la chaleur au lieu de l’absorber. Mais jusqu’à présent, il n’existe aucune peinture qui puisse remplacer de bonnes pratiques d’isolation. La plupart des codes de construction locaux exigent une quantité spécifique d’isolation, mesurée en valeur R, pour les murs et les plafonds. Le mieux est de suivre un plan bien conçu pour réduire les coûts énergétiques, qui comprend l’installation de matériaux isolants standard, tels que des rouleaux en fibre de verre ou de la laine de verre soufflée, en plus de l’installation de portes et fenêtres à haut rendement énergétique.

Comment les consommateurs peuvent-ils se procurer de la peinture chauffante ?

Les propriétaires peuvent choisir parmi deux types de peinture chauffante :

  • La peinture prémélangée : Certains fabricants produisent des pots de peinture isolant pour l’intérieur et l’extérieur. Ces peintures s’appliquent comme n’importe quelle peinture pour la maison, avec un pinceau et un rouleau. La seule réserve est de choisir un type de peinture adapté à l’environnement et à la surface que vous peignez. Par exemple, si vous souhaitez peindre un mur extérieur, veillez à acheter une peinture extérieure.
  • Les additifs de peinture : Les poudres isolantes, qui contiennent également des microsphères, peuvent être mélangées à la peinture domestique ordinaire. Les additifs sont préférables si vous souhaitez utiliser une marque de peinture spécifique. Il suffit de les incorporer à la main avec un bâton de peinture ou une perceuse équipée d’une pale de mélange. L’additif se mélange facilement en quelques minutes, et la peinture est prête à l’emploi dès qu’elle est lisse et sans grumeaux. Lisez toutefois la garantie de votre peinture, qui peut être annulée par l’utilisation d’un additif.

Combien coûte-t-elle ?

Un pot de peinture chauffante prémélangée se vend entre 40 et 55 euros. La peinture d’intérieur standard coûte entre 25 et 75 euros le litre, selon la qualité. Un paquet d’une livre d’additif isolant coûte entre 18 et 22 euros et permet de traiter un seul litre de peinture. Les fabricants de peinture isolante recommandent d’appliquer deux couches de peinture pour un effet maximal.

Comment l’appliquer au mieux ?

Bien que la peinture isolante puisse ne pas être à la hauteur de certaines allégations du fabricant, elle peut être utilisée sur pratiquement toutes les surfaces pouvant recevoir une peinture standard. Outre les murs intérieurs et extérieurs des habitations, une peinture chauffante de couleur claire qui réfléchit les rayons du soleil peut être utile sur les hangars de travail ou de stockage, les maisons de jeu, les réservoirs de gaz extérieurs et toute autre surface à peindre que vous souhaitez garder un peu plus fraîche. Bien que la peinture isolante s’applique de la même manière que toute autre peinture standard, au pinceau ou au rouleau, les conseils suivants vous aideront à obtenir les meilleurs résultats.

  • La surface à peindre doit être propre et sèche.
  • Si vous peignez sur une surface déjà peinte, grattez la peinture qui s’écaille et poncez la surface avant d’appliquer la nouvelle peinture.
  • Appliquez la peinture isolante lorsque la température est comprise entre 12 et 30 degrés celcius.
  • Si vous pulvérisez de la peinture isolante, retirez le filtre à cartouche de votre pistolet de pulvérisation pour éviter qu’il ne se bouche avant de peindre. Bien que les microsphères soient minuscules, elles peuvent néanmoins obstruer un filtre.